L’alimentation anti-âge

  • Une alimentation saine : pourquoi, quelles conséquences ?

Toute personne qui tient à bien vieillir en conservant une allure jeune le plus longtemps possible doit choisir judicieusement les aliments qu’elle consomme. Cette alimentation doit permettre notamment de bien entretenir la flore intestinale et de bénéficier d’un bon apport en vitamines. En effet, plus des six dixièmes de nos neurotransmetteurs qui produisent les hormones qui contribuent à notre bien-être sont fabriquées dans notre intestin grêle qui joue par ailleurs un rôle important pour que notre peau conserve sa jeunesse.


  • L’alimentation idéale

En outre, notre colon élimine les toxines qui menacent notre santé. Pour que cette merveilleuse machine que tout être humain possède à l’intérieur de son corps fonctionne bien, notre alimentation doit contenir en premier lieu un apport de protéines, dont la moitié est constituée de protéines végétales provenant des céréales et des légumes secs. L’autre moitié doit être constituée de protéines animales provenant de la volaille ou du poisson qui sont de bons aliments anti-age et qu’il faut consommer au moins trois fois par semaine.

D’autre part, il faut éviter de manger de la viande d’agneau ou de bœuf plus de quatre fois par mois.

Par ailleurs, l’être humain conservera mieux sa jeunesse en consommant chaque jour au moins un gramme de calcium ainsi que des vitamine D qui renforcent les os et qui consolident notre système immunitaire. Celui-ci joue dans notre organisme le même rôle que la police dans un pays.


 

  • Le rôle des antioxydants

La lutte contre le vieillissement nécessite aussi un bon apport en antioxydants. En effet, les antioxydants constituent des aliments anti-age essentiels, car ils préservent l’organisme des maladies et des cancers liés à l’âge. Leur consommation régulière permettrait de diminuer de 30 % le risque de cancer chez l’homme grâce à une neutralisation des effets nuisibles des radicaux libres. L’action des antioxydants se complète par celle des sels minéraux qui se trouvent dans les fruits et les légumes. C’est pour cette raison que les diététiciens et les médecins recommandent aux personnes qui tiennent à leur santé de consommer au moins cinq fruits et légumes différents chaque jour.

Les antioxydants se trouvent notamment dans le thé (surtout le thé vert dont la consommation régulière est recommandée), dans les grenades, les myrtilles, les fraises, les pruneaux, les raisins, les tomates et les oranges. En outre, les amateurs de légumes trouveront une bonne proportion d’antioxydants dans les avocats, les choux, les brocolis, les artichauts, les asperges, les épinards, l’ail, le cresson et les poivrons rouges.


  • Les acides gras

Les acides gras constituent la seconde base d’une alimentation destinée à freiner le vieillissement. En effet, ces substances réduisent sensiblement le risque d’infarctus du myocarde ainsi que d’accident vasculaire cérébral ou d’hypertension et elles favorisent le rajeunissement des cellules dont les membranes sont composées d’ acides gras. Ceci est intéressant également pour les personnes qui tiennent à garder une peau jeune et à retarder l’apparition des rides. De plus, les acides gras diminuent le risque d’apparition de la maladie d’Alzheimer et ils stimulent le système immunitaire, ce qui permet à l’être humain d’être moins exposé aux cancers ainsi qu’aux maladies infectieuses. Il faut toutefois privilégier la consommation d’acides gras polyinsaturés ou insaturés et limiter les apports en acides gras saturés qui proviennent des graisses animales. En conséquence, il faut consommer régulièrement des huiles végétales (huile de colza ou d’olive) qu’il faut toutefois éviter de cuire au-delà de la température qui provoque leur évaporation. Les oméga 3 qui sont une variété importante d’acides gras se trouvent notamment dans les poissons des mers froides, les noix, l’huile de colza et l’huile de germe de blé. Ils jouent un rôle essentiel dans la prévention des maladies cardio-vasculaires et de certains cancers.